Vers le Haut

Actualités

Les messages forts du Morocco Today Forum

Mohammed Haitami, PDG du Groupe Le Matin

«Aujourd’hui, plus que jamais, notre pays avance résolument dans sa volonté de construire un Maroc de l’inclusion, un Maroc prospère où femmes et hommes avancent côte à côte pour édifier le Maroc de nos enfants. Nul doute que l’implication des femmes conditionne l’édification d’un Maroc digne et fort tel qu’il a été pensé par Notre Souverain. Depuis Son Accession au Trône, Sa Majesté le Roi Mohammed VI n’a cessé d’insister sur le rôle central de la femme dans l’aboutissement au développement tant au Maroc qu’en Afrique.» «Bien que des efforts louables aient été déployés durant les deux dernières décennies, femmes et filles continuent de subir des injustices et de rencontrer de nombreuses difficultés. Beaucoup d’entre elles sont touchées, de manière invraisemblablement disproportionnée, par les inégalités, l’ignorance et les violences.» «Aujourd’hui, il nous est difficile de concevoir, je l’avoue, que le taux d’activité des femmes, qui était déjà très bas il y a dix ans, chute de près de 5 points à 19,3% aujourd’hui. 40% des femmes sont toujours analphabètes bien que l’accès à l’éducation soit un droit constitutionnel et 57% sont victimes de violences bien que des lois censées les en protéger, existent.»

Aziz Akhannouch, Chef du Gouvernement

«La vision éclairée de Sa Majesté le Roi a constitué une révolution pour la femme marocaine, d’abord sur le registre de sa participation à la vie politique. Le gouvernement a, dans ce sens, tenu à allouer plusieurs portefeuilles ministériels stratégiques à des compétences féminines, traduisant sa volonté politique d’assurer la participation effective des femmes à la prise de décision. Aujourd’hui, six femmes ministres dans le gouvernement occupent des postes importants, au lieu d’une seule en 2016. De plus, la représentation des femmes au Parlement a connu une évolution importante, puisque leur nombre est passé de 81 femmes en 2016, à 96 en 2021, soit le quart des membres de la première Chambre. L’autonomisation économique des femmes est également une priorité pour le gouvernement afin de promouvoir l’égalité des genres. Dans ce cadre, un ensemble de mesures seront mises en œuvre et les engagements gouvernementaux seront tenus pour augmenter le taux d’activité des femmes à l’horizon 2026.»

Aawatif Hayar, ministre de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille

«La situation actuelle reflète des avancées considérables et qui témoignent d’une évolution positive de la scolarisation des filles sur la période 2019 à 2021 : • Pour le préscolaire (tranche d’âge 4-5 ans) : de 54,1% à 70,7% au niveau national, et de 39,2% à 64,6% en milieu rural ; • Pour le primaire : de 99,7% à 100% ; • Pour le secondaire collégial : de 89,3% à 92,7% au niveau national et de 75,8% à 80,1% en milieu rural.» «Malgré les efforts déployés pour améliorer l’insertion de la femme dans le marché du travail, les résultats sont loin d’être réconfortants. En effet, selon le dernier rapport axé sur le genre dans le projet de loi de Finances 2023, le volume global de l’emploi féminin au Maroc, mesuré par la population féminine active occupée âgée de 15 ans et plus, a connu une progression annuelle timide de 1,09%.»

Nabila Rmili, présidente du Conseil communal de Casablanca

«La Commune œuvre pour parvenir à l’inclusion des femmes dans le monde de travail, à travers la facilitation de leur accès aux moyens de production, outre la promotion de l’économie sociale et solidaire en tant qu’élément pratique prémunissant contre la vulnérabilité et l’exclusion, via le soutien accordé aux associations et l’encouragement de la mise en place de filières d’activités génératrices de valeur rentable.» «Nous œuvrons pour le développement de transports publics sûrs, accessibles et de qualité bénéficiant directement aux usagères et répondant à leurs besoins de déplacement avec par exemple la création d’espaces réservés aux femmes enceintes ou encore à l’installation de caméras de surveillance pour lutter contre le harcèlement et les violences.» «Nous sommes également en train de créer une police des transports dont la mission sera de veiller à la sécurité des usagers dans les tramways, les BHNS et dans les bus.» «Nous incitons notre société délégataire à recruter des femmes conductrices d’autobus, un domaine naguère exclusivement réservé aux hommes.» «La Commune de Casablanca est en train créer des crèches pour accueillir les enfants et permettre aux femmes de maintenir leur emploi après l’évènement heureux». «La Commune œuvre également à accompagner les femmes en situation difficile, et ce quelle que soit leur origine à travers la création de centres d’accueil de femmes en situation précaire.»

Abdellatif Maâzouz, président du Conseil de la région de Casablanca-Settat

«La contribution de ces femmes dans l’économie pourrait faire augmenter les PIB nationaux à 10% dans les pays les plus avancés dans ce domaine et à 35% dans les contrées les plus en retard.» «Le Conseil régional de Casablanca-Settat a noué de multiples partenariats avec la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, la Direction régionale de l’Agriculture et Maroc PME, totalisant une enveloppe globale de 82 millions de dirhams, financée à raison de 60 MDH par le Conseil de la région de Casablanca-Settat et 22 MDh par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité» «Au titre de l’année 2022, nous avons adopté de nouveaux projets, et réservé une enveloppe de 150 millions de dirhams, destinés à l’appui et l’accompagnement de 200 TPEs/an, dont 30% féminines, de 300 AGR (micro-entreprises)/an dont 60% de femmes, ainsi que de multiples coopératives féminines opérant dans la valorisation des produits du terroir et des métiers d’artisanat. 3.000 femmes, incluant une cible vulnérable notamment celles en situation de handicap, sont également ciblées pour garantir leur inclusion socio-économique.»